• Léa Boyer

L’ingrédient magique pour réussir sa carrière !

Mis à jour : 9 déc. 2019


Au-delà de la qualité de votre travail, votre succès professionnel repose dans votre capacité à quitter la posture d’Assistant pour celle de Décideur. Voici 4 conseils à suivre pour y arriver et prendre l’autoroute de votre épanouissement professionnel !


A la sortie des études supérieures, tout le monde est logé à la même enseigne. L’important est de décrocher le graal du premier poste, si possible en CDI, et de développer son efficacité opérationnelle. Toutefois, après quelques années d’exercice, les feuilles de route et les enjeux se complexifient. Et il arrive parfois que, malgré la qualité du travail que vous fournissez, voire même la valeur ajoutée remarquable que vous avez su apporter à votre organisation, vous peiniez à endosser un costume plus large. Dans le pire des cas, vous observez avec déception d’autres que vous, récolter les honneurs et avancer. Cette situation peut bien sûr être très frustrante et plonger dans l’incompréhension ceux qui la vivent. Aussi, voici un décryptage du subtil mélange à déployer pour passer au niveau supérieur et mener votre carrière où vous l’entendez.

1. Challengez les postes qui brillent


En début de carrière, il est commun de voguer au gré des opportunités qui s’offrent à vous. Mais après quelques années d’expérience, votre employabilité est faite, les questionnements sur vos véritables aspirations prennent de l’ampleur et vous devenez entièrement responsable de vos choix. L’enjeu est alors d’éviter les mauvaises opportunités, qui auront pour seul résultat de vous faire perdre du temps sur votre projet.

A ce stade, il est capital de prendre conscience du moment clé que représente l’entretien d’embauche. Au lieu d’être seulement en mode « vente » de vos compétences, et de poser des questions sur le poste pour démontrer votre intérêt et votre sérieux, transformez cette entrevue en entretien à double sens. Ne vous contentez pas de questions superficielles, creusez un maximum pour voir derrière le pompeux rideau de la fiche de poste. N’oubliez pas qu’une embauche est un partenariat, entre une organisation qui cherche un collaborateur rapidement opérationnel et intégré, et vous-même, qui cherchez une structure ou une équipe capable de vous faire monter en compétences. Pour cela, prenez le temps de réfléchir à ce qui définit un bon poste dans votre domaine, sur la base de vos premières expériences et en interrogeant des professionnels autour de vous. Quels sont les facteurs-clé de succès et de satisfaction dans ce type de poste ? Il peut s’agir de s’assurer que vos supérieurs ou vos collègues seront en capacité de vous aider stratégiquement ou opérationnellement ; ou que les outils nécessaires à votre activité sont prêts ; de questionner le sérieux de la stratégie et des moyens d’action envisagés ; d’avoir une vision claire du passif sur votre poste ; etc.

Bien sûr, vous ne pourrez pas tout déceler en amont. Mais si vous réalisez que la plupart de vos questions donnent lieu à des réponses laborieuses ou évasives, il y a fort à parier que vous devrez vous préparer à relever un certain nombre de défis. Vous pourrez ainsi accepter un poste en toute connaissance de cause, voire négocier votre plan d’attaque, et repérer directement les vrais accélérateurs. De plus, cela marquera d’emblée votre sérieux, votre professionnalisme et votre posture de Décideur.

2. Prenez conscience de votre légitimité à vous imposer

Il n’est pas toujours facile d’oser exprimer ses mécontentements, ou de penser qu’on a quelque chose à apprendre à des personnes plus expérimentées que soi. Pourtant, il est capital de prendre confiance dans vos positions, dans vos opinions, dans votre travail, et de les défendre lorsque vous le jugez nécessaire.

A l’entrée en poste par exemple, vous allez vous voir imposer des méthodes, des façons de faire, des personnalités fortes. Il est aussi possible que vous subissiez quelques désagréments en tant qu’employé le plus récent. Anticipez-le et acceptez-le comme une réalité courante et un défi, au lieu de vous laisser submerger par une vague de sentiments négatifs ou une perte de confiance en vous. Au contraire, n’hésitez pas à démontrer d’emblée votre leadership et prenez la main. On ne vous a pas donné les informations ou les moyens d’exercer vos fonctions ? Allez chercher les bonnes personnes, faites savoir ce dont vous avez besoin pour être efficace. Si vous n’êtes pas en accord avec les méthodes que l’on vous demande de respecter, remontez le sujet de manière argumentée et proposez le plan d’action qui vous semble approprié. Si vous vous sentez lésé ou utilisé par un collègue, arrangez-vous pour rétablir la visibilité de votre travail, et prenez les rênes pour lui exprimer votre mécontentement.

De manière générale, ne restez pas bloqué avec vos doléances ou vos problèmes, et prenez conscience de votre légitimité à agir.

Comment être sûr de ne pas tomber dans l’agressivité et l’arrogance ? Vos meilleures armes pour vous imposer sans froisser reposent sur le calme, la diplomatie et des arguments solides. Evitez de réagir à chaud si vous avez un tempérament impulsif ou que vous souhaitez adopter l’approche la plus constructive possible.

3. Sachez créer des relations

Tout commercial le sait, il est capital d’entretenir un lien de confiance durable et profond avec ses clients ou partenaires pour assurer son succès. Au sein d’une entreprise, c’est la même chose. Ce qui vous fera passer au niveau supérieur est votre capacité à établir une relation égalitaire, franche et cordiale avec vos supérieurs et collègues.

Pour cela, tendez le plus possible vers la décontraction et dégagez-vous du formalisme derrière lequel vous vous abritez. Indispensable au tout début d’une relation professionnelle, il faut savoir ensuite passer rapidement à des échanges plus simples, ne plus être tétanisé par un titre de poste et voir tout simplement une autre personne en face de vous. Vous avez d’ailleurs sûrement déjà remarqué que même à des postes hiérarchiques élevés, il y a souvent des gens très simples et dotés de beaucoup d’humour ! Prenez confiance en vous et n’ayez pas peur de coller à votre réelle personnalité. Vous êtes naturellement enthousiaste ? Faites-en votre caractéristique. Vous êtes doués pour les jeux de mots ? Montrez-le. Si vous hésitez sur la bonne attitude à adopter, rappelez-vous que votre moi professionnel doit seulement être le meilleur de votre moi privé.

Savoir créer des relations est peut-être le point le plus important de la posture Décideur. Cela vous permettra de non seulement gagner en prestance, mais aussi d’étendre votre visibilité et votre réseau à l’intérieur et à l’extérieur de votre organisation, et de susciter la confiance et l’adhésion de vos supérieurs envers votre capacité à évoluer ; des compétences bien utiles dans le cadre d’une évolution professionnelle.

4. Mettez en valeur votre travail

Parfois, nous voulons tellement montrer notre ardeur au travail, notre efficacité, notre implication, mais aussi notre capacité à encaisser le stress et la charge de travail, que nous cachons toute forme de difficulté à gérer notre feuille de route. C’est louable, et offre l’avantage de se prémunir contre d’éventuelles remarques sur notre organisation personnelle ou encore notre résistance au stress (parfois justifiées). Paradoxalement, un effet pervers de cela est de donner moins de valeur à votre travail. Vous connaissez sûrement le vieil adage « Ceux qui parlent le plus en font le moins » ?

On peut se référer ici à l’un des points-clé que nous enseigne la science de la négociation. Celui-ci est que, devant un interlocuteur qui vous réclame de céder sur une condition, il faut montrer autant que possible l’effort et la difficulté que cela vous demande. En effet, cela va donner du poids à la contrepartie que vous demanderez en retour.

Au travail, mettre en valeur l’effort et la difficulté de vos tâches est souvent plus efficace pour obtenir ce que vous désirez que la modestie et la discrétion. Sans tendre vers de mauvais modèles, vous pouvez ainsi éviter à l’avenir de minimiser la charge de votre travail. Parlez de vos dossiers compliqués. De la même manière, gardez en tête que les travaux les plus valorisés sont les travaux visibles. Interrogez-vous donc sur l’impact pour votre organisation de chaque tâche pour les prioriser. Préférez lorsque cela est possible livrer un travail abouti plutôt qu’en mener plusieurs de front. Enfin, n’hésitez pas à rendre service de bon cœur, mais évitez de vous précipiter en abandonnant toutes vos affaires courantes. Non seulement cela vous désorganise, mais la personne qui vous sollicite risque de penser que vous n’avez rien à faire de mieux !

Ces conseils se basent sur ma propre expérience et n’ont donc pas pour prétention d’être exhaustifs. Ils visent à mettre en lumière la notion primordiale de posture qui dépasse le simple savoir-être et exige plus de maturité pour la cerner. Puisse ce partage accélérer le chemin à certains !

Claire Aubert - Rédactrice pour ACT! le magazine d'ACT4 TALENTS